La tourneuse de page

Des pages qui tournent... Des livres à lire, et à partager

25 juin 2011

La petite taiseuse – Stéphanie Bonvicini et Marianne Ratier

 

La_Petite_taiseuse_Na_ve

 

C’est l’histoire d’une petite fille silencieuse bouleversée par la solitude d’un Meunier.


C’est l’histoire d’un Village qui décida de prêter l’oreille et qui tint parole.

Dans un Village vivait un Meunier. Les villageois vivaient le jour, et lui, pour moudre le grain, vivait la nuit. Personne ne le connaissait ni ne lui parlait . Etait-il gentil ? Etait-il méchant ? Personne ne pouvait le dire. La seule personne qui le fréquentait était une vieille femme qui lui portait tous les jours de la nourriture. Mais un jour, cette femme vint à mourir. Que faire? Qui apporterait de quoi vivre au Meunier ? Une petite fille fut désignée. Sans histoire et très sage, mais également mystérieuse : jamais elle ne prononçait un mot. On l’appelait la Petite Taiseuse.

La Petite Taiseuse fut donc chargée de porter de la nourriture au Meunier. Mais plus les jours passaient, plus elle s’éternisait chez le Meunier. Qu’y faisait-elle donc ? se demandait le Village. Mais elle ne lui répondait pas.

Un jour pourtant, le Village tendit l’oreille. Et le Vent lui apporta les mots  prononcés par la Petite Taiseuse et le Meunier. Il entendit tout ce qu’il ne soupçonnait pas : ils se racontaient leur chagrin, toutes les blessures que le temps leur avait infligées au cours de leur vie.

Quand ils ressortirent du moulin, le Village les accueillit en s’excusant de ne pas avoir su entendre les mots dans leur silence.

petitetaiseuse1

A mi-chemin entre le conte et le premier roman, ce petit ovni littéraire est un véritable bijou de poésie et d’émotion doté d'une grande force symbolique.

L’amitié naissante entre ces deux êtres que tout oppose est réellement touchante. Chacun trouve en l’autre un confident, une oreille et un cœur réceptifs, un miroir à ses propres émotions, ce qu’ils n’avaient pas trouvé auparavant au Village. Ils se confient l’un à l’autre, et le soulagement de se savoir écouté et compris leur permettent de laisser libre cours à toutes leurs blessures et leurs peines passées. Et le chagrin s’exprime. Les larmes coulent. Des larmes libératrices.

« Pleure, ma fille! Tout ce silence au fond de toi avait besoin de prendre l’air. »



Le thème du silence, et du besoin de parler est traité avec sensibilité. Les illustrations sombres retranscrivent bien cette ambiance douce-amère, mélancolique, et ce côté hors du temps qui englobent l’ensemble du récit. La dernière page tournée, j’en suis ressortie avec un petit pincement au cœur et un voile sur le cœur malgré la dernière note positive.

En bref, un petit bijou et un gros coup de cœur que je recommande aux petits (qui ne verront probablement pas tout le contenu du livre, mais cela n’empêche pas d’apprécier l’histoire) comme au grands.

petitetaiseuse3

La petite taiseuse – Stéphanie Bonvicini et Marianne Ratier – Naïve – 2010 – 48 pages – 13,50€


Commentaires sur La petite taiseuse – Stéphanie Bonvicini et Marianne Ratier

    Encore un qui va finir dans ma bibliothèque. Il a l'air beau en plus.

    Posté par Branwen, 25 juin 2011 à 14:51 | | Répondre
  • Merci pour cette belle critique !...

    Posté par Auteur, 10 juillet 2011 à 10:56 | | Répondre
  • Merci d'être passée par ici, Stéphanie, cela me touche

    Posté par Lenelaï, 11 juillet 2011 à 21:12 | | Répondre
  • Oh je ne connaissais pas mais c'est bien alléchant tout ça! Je note!

    Posté par Pauline, 15 septembre 2011 à 13:33 | | Répondre
Nouveau commentaire