La tourneuse de page

Des pages qui tournent... Des livres à lire, et à partager

28 mars 2011

La Reine des lectrices – Alan Bennett

Alan_Bennett_la_reine_des_lectrices

Outre-Manche, la Reine règne depuis cinquante ans. Avec rigueur, elle tient ses engagements royaux selon un programme réglé à la minute près, dans un train-train quotidien où elle tient son rôle de figure bienveillante du royaume. Un rôle de surface pour celle à qui on ne demande pas grand-chose d’autre.

Un jour, un des chiens de Sa Majesté s’enfuit dans les jardins royaux. En le rattrapant, elle découvre un bibliobus effectuant un de ses arrêts. Par politesse, elle emprunte un livre au hasard et commence à le lire par curiosité. Dès cet instant, elle tombe dans la marmitte et devient une grande passionnée de lecture, dévorant des quantités de volumes. Absorbée par cette nouvelle passion, la Reine néglige peu à peu ses engagements royaux, bousculant de ce fait  les petites habitudes de Windsor. Elle, qui était autrefois si pointilleuse sur le protocole, ne faisant strictement que ce qu’on attendait d’elle, commence à prendre des libertés. La reine lit ! Et ses conseillers ne voient pas cette occupation d’un très bon œil.

"Une fois que j’ai commencé un livre, je le termine. C’est ainsi qu’on était élevé jadis : qu’il s’agisse des livres, des tartines beurrées ou de la purée de pommes de terre, il fallait toujours finir ce qu’il y avait dans son assiette. Ma philosophie n’a jamais varié sur ce point."



Une fiction décalée à l’humour savoureux, qui s’accompagne d’une réflexion très intéressante sur le pouvoir des livres. Qui pourrait croire qu’une occupation aussi courante que la lecture puisse déranger? Il faut dire qu’il ne s’agit pas de n’importe quelle lectrice ! La Reine, ce bibelot de la royauté anglaise, qui appartient d’abord au peuple avant de s’appartenir à elle-même. Son entourage ne la prend pas au sérieux, voyant cette passion comme une lubie de personne âgée.

Et pourtant, la Reine trouve dans cette occupation une vision du monde totalement inédite pour elle. Elle, si éloignée du reste de l’humanité par son statut, peut enfin contempler l’homme et ses sentiments sans fard ni protocole.

Les livres ne se souciaient pas de leurs lecteurs, ni même de savoir s’ils étaient lus. Tout le monde était égal devant eux, y compris elle. […] Ayant mené une existence à part, elle se rendait compte à présent qu’elle désirait ardemment éprouver un tel sentiment : Elle pouvait parcourir toutes les pages, l’espace contenu entre les couvertures de tous les livres, sans qu’on la reconnaisse.

Une lecture drôle et rafraichissante, mais aussi une jolie réflexion sur le pouvoir des livres.


La Reine des lectrices – Alan Bennett – Denoël et d’ailleurs – 2009 – 173 pages.

Posté par lenelai à 14:39 - Romans - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires sur La Reine des lectrices – Alan Bennett

    Voici un livre qui m'a déçue ! Pas vraiment ri !

    Posté par Leiloona, 29 mars 2011 à 23:00 | | Répondre
  • Ah oui, pour quelles raisons?

    Posté par Lenelaï, 30 mars 2011 à 00:10 | | Répondre
  • Tout à fait, rafraichissant convient bien à ce livre que j'ai apprécié

    Posté par herisson08, 30 mars 2011 à 13:13 | | Répondre
Nouveau commentaire