La tourneuse de page

Des pages qui tournent... Des livres à lire, et à partager

03 mars 2012

Je renaitrai de vos cendres – Elisabeth Brami

jerenaitraidevoscendres-elisabethbrami


Ceci est mon journal, mais je vais essayer de l’écrire comme un roman. Ca vous énerve ? Tant pis ! Je ne vous ai pas demandé de le lire. Si vous le lisez, c’est que vous m’avez volé mon intimité. Alors, dégagez ! Refermez ce cahier ou bien, comme on dit :

« Merde à celui qui le lira ! »

 

 

Shosha, 17 ans, est née en colère. Véritable volcan prêt à entrer en éruption, elle bouillonne de l’intérieur d’une rage venue d’on ne sait-où contre le monde entier, les « Zautres », et la vie en général. Contre l’absurdité de notre quotidien. Contre ses parents, les non-dits familiaux, les choses qu’on semble lui cacher. Contre tout.

Shosha est en terminale. Elle n’a pas vraiment d’amis, et est en constant conflit avec Mme Picard, sa prof de philo qui n’a de cesse de la rabaisser, à la moindre occasion.

Au programme scolaire, la Shoah. Un thème omniprésent car on célèbre cette année là le 60ème anniversaire de la libération des camps. Les médias relayent l’information à grand renfort de reportages, d’interviews de rescapés, pour le « travail de mémoire ». Shosha s’insurge, elle bouillonne, plus que jamais contre cette fascination morbide, ce voyeurisme dont font preuve ces gens qui, il y a encore deux semaines, se souciaient de la Shoah comme d’une guigne.

Et un jour, sur une ultime provocation de Mme Picard, elle explose. La lave du volcan se déverse. Virée de cours et émotionnellement à bout, elle se réfugie dans le bureau d’une professeur de lettres du lycée, havre de paix, lieu de dialogue ouvert à tous.

 

- J’espère que vous ressortirez d’ici mieux que vous n’êtes entrée, mademoiselle… ?

- Shoah. Je m’appelle Shoah.

 

C’est le déclic. Ce lapsus est un véritable révélateur pour Shosha, une piste lui permettant de combattre enfin son feu intérieur. Dès lors, elle mène l’enquête. Sur les non-dits familiaux. Sur l’origine de son prénom. Et de découverte en découverte, La lumière se fait sur l’histoire de sa famille, Shosha découvre qui elle est, trouve sa voie et s’apaise…

 

 

Une écriture à vif pour l’histoire d’une colère intérieure. Au-delà d’une colère d’adolescent, on a là un malaise bien plus profond, présent bien avant la naissance de Shosha, dans l’histoire même de sa famille. Dans l’Histoire, tout court.

J’ai aimé la plume de Shosha, poétique dans sa violence, mais étouffante, épuisante. Puis, viennent l’explosion dans la classe de philo, et le fameux lapsus, qui arrivent comme une grande bouffée d’air. Shosha se découvre et trouve sa voie. L’écriture, toujours à fleur de peau se fait néanmoins plus fluide. On respire enfin. Et le titre du livre prend tout son sens.

 

Je renaitrai de vos cendres – Elisabeth Brami – Flammarion – Collection Emotions – 2012- 243 pages, 13€


Commentaires sur Je renaitrai de vos cendres – Elisabeth Brami

    Merci pour ton article qui me donne envie de lire ce roman intimiste.

    Posté par toujoursalapage, 03 mars 2012 à 19:02 | | Répondre
  • Puis-je te conseiller un roman qui vient de sortir et que je dévore en ce moment ? Une histoire d'amour sur fond de racisme et de xénophobie. Pas en Russie ou aux E.U. Non, en France !!! Il s'agit de Xénopolis de Anne-Martine Champvert (3,07 euros)Amazon. A lire : littéraire et très fluide, c'est palpitant !
    Bonne lecture !
    Ariane.

    Posté par Ariane, 04 mars 2012 à 09:52 | | Répondre
Nouveau commentaire