La tourneuse de page

Des pages qui tournent... Des livres à lire, et à partager

09 juin 2010

Les Amants-papillons

 

papillons

Ma première chronique sera pour un des petits bijoux de ma bibliothèque, un album qui m’a été offert il y a deux ans. Je me replonge très régulièrement dans cet album, me laissant emporter par la poésie du texte, soutenue par les illustrations de Benjamin Lacombe.

 

papillon

Naoko est une jeune japonaise de quatorze ans vivant dans le Japon médiéval. Elle aime la littérature, lire, écrire des poèmes et des haïkus. Seulement, Naoko est une fille, et ces plaisirs lui sont interdits. Elle doit partir à Kyoto afin d’y apprendre les bonnes manières, l’art de servir le thé, et la danse des éventails. Naoko décide alors de se déguiser en homme pour aller étudier la littérature à l’université. Elle y parvient grâce à l’aide de sa servante. Arrivée à Kyoto, elle rencontre Kamo, un jeune étudiant avec qui elle pourra enfin partager des discussions sur des sujets qui la passionnent. Naoko redécouvre le bonheur à ses côtés, et les deux jeunes gens tombent amoureux. Mais leur bonheur est de courte durée…

Cet album est pour moi un véritable bijou d’émotion. La forme du livre est telle qu’il nous plonge dès l’ouverture du livre dans une ambiance orientale feutrée et raffinée. Par exemple, la page de garde est noire, ajourée d’un motif japonais laissant entrevoir une lanterne rouge. Les illustrations sont d’une grande qualité et je ne me lasse pas de les regarder. Elles répondent au texte, traduisant toute la tristesse de l’histoire, la mélancolie de Naoko oppressée par le poids des traditions ancestrales. On ne peut s’empêcher de rapprocher Les Amants papillon de notre Roméo et Juliette, tant le thème du couple détruit par les obligations familiales et les conventions sociales semble similaire dans les deux histoires.

Il me semble que cette légende est très répandue, je la connaissais déjà sous le nom de Ling et Pao. A la différence près que Ling et Pao se déroule en Chine, alors que Benjamin Lacombe nous emmène au Japon, dans le bruissement des kimonos.

 

Un petit bijou emprunt d'une délicatesse sombre et raffinée. Une gourmandise à déguster. A feuilleter, lire et relire sans tarder

 

 

Les Amants papillons – Benjamin Lacombe - Seuil- 2007 978-2-02-096205-6- 18€

Posté par lenelai à 11:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires sur Les Amants-papillons

    J'ai longtemps été intriguée par la couverture, tu m'en donne l'eau à la bouche.
    D'abord parce que le Japon médiéval n'est pas courant dans cette littérature, mais aussi parce qu'il a l'air d'être vraiment beau et d'une édition de qualité à la hauteur de l'histoire.
    C'est effectivement un conte, je n'en connais pas l'origine.
    En Chine, les femmes ont eut de longues périodes de liberté, si mes souvenirs sont bons, du moins pour les Han.
    Je vais me ruer dessus dès que j'ai du temps pour moi...

    Posté par Bran, 09 juin 2010 à 19:33 | | Répondre
  • C'est un album magnifique, immense par son format et par la qualité des illustrations ! Et puis c'est une belle histoire d'amour aussi... Enfin tu fais bien de débuter ton blog avec ce livre là.
    De toute façon dès qu'il s'agit de Benjamin Lacombe, je ne suis objective du tout ^^
    Je conseille aussi le grimoire d'une sorcière, la mélodie des tuyaux ou encore la très belle édition des contes macabres d'Edgar Allan Poe.

    Posté par K, 11 juin 2010 à 16:14 | | Répondre
Nouveau commentaire